Des insectes comestibles en poissonnerie

Depuis plusieurs mois maintenant, et sans que la plupart d’entre nous le sachent, une grande effervescence règne au saint des services marketing des différentes fédérations de poissonniers et  des sièges de GMS. Et dès aujourd’hui, les Français découvriront chez tous les poissonniers de France et dans les poissonneries des grandes surfaces une nouvelle offre: Les insectes comestibles.

Genèse du projet insectes comestibles en poissonnerie

L’origine de ce surprenant projet est liée à un constat alarmant sur le marché d’un des produits de la mer le plus consommé en France. Les crevettes. Le constat est que de plus en plus de personnes en consomment et que les capacités de production sont arrivées à leur maximum.

C’est Mr Jean-Pierre Locuste au ministère de l’Agriculture qui a été chargé de coordonner le projet auprès des différents intervenants de la filière des produits de la mer.

Selon Mr Locuste la consommation de crevettes déjà important en Asie et Amérique centrale, est en train d’exploser à mesure que le pouvoir d’achat des asiatiques et des Américains du sud augmente.

Il dit « La plupart des crevettes sont produites en Asie et en équateur, les nouveaux consommateurs sont proches des lieux de productions et les gouvernements privilégient leur population. Résultat, les consommateurs européens vont être impactés à court terme par une augmentation tarifaire énorme. Logiquement les Européens vont se détourner d’un produit devenu trop cher… C’est pourquoi j’ai été chargé par le ministère de l’Agriculture de dénicher un produit de remplacement. Tout naturellement mon équipe s’est tournée vers les insectes à carapaces dures. La forme approche celle des crevettes et le goût est excellent».

pourquoi des insectes en poissonnerie ?

Selon Jean-Pierre Locuste il est important que la filière impactée par un écroulement à court terme de son chiffre d’affaires soit celle qui développe ce nouveau marché prometteur.

Discrètement, mais sûrement les différents acteurs de la filière de distribution se sont mis d’accord avec les producteurs pour importer de très gros volume qui vont être mis en vente partout en France dès samedi.
« Les insectes cuits seront présentés juste à côté des crevettes. D’abord en petites quantités pour habituer les consommateurs et progressivement ils les remplaceront, jusqu’à la disparition des crevettes de nos étals»

le loupé des algues marines

Cette nouvelle offre a été mise en place avec la plus grande discrétion, car les poissonniers on récemment manqué un marché qu’ils n’auraient pas du perdre.

« On a complètement raté le marché des algues marines alimentaires. Un marché qui nous était tout acquis, et en parfaite association avec les poissons et crustacés. Les magasins bio et les marchands de fruits et légumes ont récupéré cette manne qui nous passe sous le nez. On ne manquera pas les insectes comestibles… » Nous dit Christophe C. un poissonnier.

les insectes peuvent nourrir le monde entier

Mr Locust a coordonné tous les accords avec les producteurs qui là aussi se trouvent en Asie. À la seule différence, c’est que la production peut être augmentée de façon exponentielle et très rapidement et à moindre coût.
« Les insectes ont peu de besoins, se reproduisent vite, ont des qualités nutritives exceptionnelles, sont peu chers, se conservent longtemps. Ils peuvent nourrir l’humanité tout entière. » Nous dit Chifnaz Caelifera producteur en Inde. « Nous sommes prêts à fournir l’Europe avec nos produits de qualité ».

qu’en pensent les poissonniers ?

Les poissonniers mis dans la confidence avant ce lancement massif de samedi sont carrément enthousiastes.
M.Jean-Philippe S. poissonnier ne tarit pas d’éloge sur les insectes.
« J’ai eu l’occasion d’en déguster lors d’un voyage en Asie, c’est absolument délicieux. J’imagine avec une bonne mayonnaise en entrée, ça doit être top »
D’autres sont plus dubitatifs, voire hostiles.

« La machine est maintenant lancée et les premiers retours des clients seront déterminants sur l’avenir de ces produits prometteurs, peu chers et nourrissants », nous dit Jean-Pierre Locuste.

Souhaitons bonne chance à ce nouveau produit sur les étals de poissonnerie.

Et vous qu’en pensez-vous ? Doit-on mettre des insectes en vente en poissonnerie?

crédit photo: voyageway, les echos, insecte-s.com, Flickr (Paul Arps) et chezmonpoissonnier.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. je suis poissonnier ,

    je trouve ,effectivement que sa pourrait être un complément de vente a côté de nos crevettes .

    ON LES TROUVE OU!

    J’AI HÂTE DE LES ACHETER ,ET DE LES VOIR SUR MON ÉTALE

  2. Si j’analyse bien l’attitude de mes enfants, qui depuis ce matin, essaient depuis d’accrocher des poissons à toutes les personnes qu’ils croisent (même au marché) avec la douceur d’une ancre qui touche le fond…ne serait on pas le 1er avril. C’est très drôle, j’aurais dû faire la blague à mon poissonnier ce matin !

  3. Des insectes au glyphosate et pesticides associés ( chaines contaminées )… Un vrai régal et une manne financière exponentielle, il n’en faut pas plus pour empoisonner une nouvelle fois et un peu plus un Monde crédule en mettant sous le vent les gms !
    De toutes façons, les crevettes d’élevage ne sont pas top, avec quoi sont elles nourries dans les ‘ fermes d’élevage ‘ , quand ce n’est pas une production localisée de petits pêcheurs sans tout à l’égout !
    Pour moi, la pollution air/mer est partout, en plus, quand les produits sont industrialisés avec additifs, conservateurs, exhausteurs de goût…je ne vous cache pas la nature détonante du cocktail que vous absorberez, vos cellules trinqueront à leurs santés !!!
    PLS
    Le dernier ‘ ressort ‘ faire sa propre production en tout ‘ BIO ‘…

  4. Chère madame Morue, quel plaisir de te lire en ce 1er avril. Je souhaite abonder dans ton sens. Non au criquet et vives les crevettes de chez nous. Gros bisous à toi et à la family ;-)

  5. Madame Morue est absolument outrée par ces pratiques issues de la mondialisation qui vont venir nous polluer l’assiette ! Oui à la crevette, Non au criquet ! Vive le merlu libre !!!
    Bises, Christophe…